L'ANCIENNE VOIE FERREE DES KAOLINS...

Les photos qui illustrent ce train qui n'existe plus ont été prises en avril 2009. La voie ferrée a été malheuresement retirée fin 2012... Bonne balade avec ce petit train désormais virtuel qui nous emmenera de Kerfichant (Lorient) aux kaolins (Ploëmeur)...

Mais cette voie dont la majeure partie est située sur la commune de Ploëmeur était l'enjeu de plusieurs projets : une voie verte destinée aux piétons et cyclistes, une voie de transports en commun devant être alors complétée (elle passe à proximité du centre de Ploëmeur et arrive à 500 mètres de la côte sans oublier la desserte de l'aéroport de Lann Bihoué), ou alors, la transformer en vélo rail car elle ne croise en passage à niveau aucune voie importante... Mais ceci est du passé... Notre souhait en tous les cas, était que la voie reste et qu'elle soit utilisée...

Cette voie commence dans notre parcours dans le nouveau quartier de Kerfichant où elle rejoignait la voie principale. S'agissant aujourd'hui d'un quartier nouvellement urbanisé, pour des raisons de sécurité, la voie est grillagée pour que les piétons ne puissent se retrouver sur la voie principale par inadvertance. La voie a été retirée sur quelques mètres au niveau de la voie principale et elle est à nouveau coupée par deux fois dans le quartier de Kerfichant, une fois par un nouveau chemin de terre et une seconde fois (notre photo) par une nouvelle rue qui prolonge l'avenue Maximilien de Robespierre.
Après ces interruptions, la voie quitte définitivement la commune de Lorient et arrive sur celle de Ploëmeur où elle croise la route qui mène du Divit au Gaillec (les barrières ne sont plus là, mais le passage à niveau est resté). La voie n'est plus interrompue sur plusieurs kilomètres (jusqu'au lieu dit le Resto) sauf par la végétation qui peut presque totalement recouvrir la voie à certains endroits.
La voie continue donc sa route sur la commune de Ploëmeur en direction des kaolins et passe au-dessus d'un pont en enjambant la petite route qui amène du Divit à l'aéroport de Lann Bihoué via Keraude. Sur le pont, la voie devient bien visible alors qu'elle est recouverte par la végétation de manière très prononcée sur cette portion.
Au lieu dit "le Resto", la voie s'interrompt à nouveau car le passage à niveau a été retiré. Lorsqu'on passe en voiture, la voie est devenue à peine visible surtout que l'attention du conducteur est attirée par un sens interdit l'obligeant à bifurquer à droite. La voie reprend pourtant son parcours, toujours très envahie par la végétation.
Partie de nulle part, la voie, interrompue en plusieurs points n'arrive plus nulle part. Mais espérons que ce ne soit que provisoire...

Cette voie ferrée aura eu en final une vie bien éphémère : construite sur les deniers publics et ouverte à la circulation en 1986 pour le transport des kaolins, le dernier train l'utilisant remonterait à 1995. Cette voie présente la particularité de ne traverser avec un passage à niveau aucune route importante et de bénéficier d'ouvrages d'art récents pour toutes les autres. Et il existe une autre voie ferrée, aujourd'hui aussi à l'abandon, c'est celle qui désservait le Port de Pêche de Lorient. Hors les deux voies se raccrochent à la Lorient-Quimper à une très faible distance. Ne pourrait-on pas les joindre de manière séparée de la ligne principale pour une desserte de nombreux quartiers...?

Et pourtant, c'est trop tard, fin 2012 début 2013 la voie est déferrée, seuls subsistent les premiers mètres de voie à Kerfichant.

Dommage... Les photos présentes sur cette page sont désormais des photos d'archive... Ce ne sera qu'une voie verte, triste sort pour cette voie ferrée par un manque cruel d'imagination...

Pascal LIMON DUPARCMEUR

Juste après, la voie ferrée passe sous la route Ploëmeur-Quéven (de manière très enclavée).
Et quelques mètres après le pont, toujours en se dirigeant vers les kaolins, un superbe petit escalier en bois mène depuis la route à la voie ferrée, même si l'entretien de la voie n'est pas extraordinaire à cet endroit...
Puis, après avoir laissé l'aéroport de Lann Bihoué à sa droite, la voie continue son parcours et longe pendant environ deux kilomètres le terrain militaire, passant même devant une de ses entrées.
La voie quitte le terrain militaire pour entrer dans un bois, en fait, derrière le centre équestre. Un petit passage à niveau permet aux piétons et aux chevaux de passer. La voie est en excellent état à certains endroits, à tel point que l'on se retourne presque pour vérifier qu'un train n'arrive pas. Elle continue cependant sa route pour ses derniers kilomètres.
A Lann-er-Roc'h, c'est le dernier grand pont et la voie passe sous la route qui mène de Ploëmeur au Fort-Bloqué. Reste-t-il encore plusieurs kilomètres ?
Pour ceux qui ont vu la première édition de cette page, le reportage s'arrêtait ici, cette pierre marquant la fin de notre parcours. Mais il faut savoir qu'il y a deux usines de kaolins, les kaolins du Morbihan et les kaolins d'Arvor qui appartiennent aujourd'hui au même groupe. Et qui dit deux usines, dit deux dessertes ferroviaires séparées. Environ 150 mètres avant cette pierre, il y a donc un aiguillage pour aller vers l'autre usine, notre reportage va donc se poursuivre sur l'autre branche...
Un premier aiguillage est donc nécessaire pour séparer les deux voies, un autre existe un peu plus loin pour permettre d'avoir une voie complémentaire de garage et pour les manoeuvres. Rassurez-vous, les aiguillages ne peuvent être bougés... La voie continue à travers la verdure parfois très abondante...
Nouvelle (et dernière) interruption de la voie pour permettre l'accès à un centre destiné aux gens du voyage. Bizarrement, cette interruption fait penser à celle de Kerfichant, en tout début de ligne avec un même type de rue avec trottoirs qui coupent. Mais, nous arrivons bientôt au terme de cette ligne justement...
La voie se poursuit, toute droite, avec quelques passages à niveaux pour des chemins de terre et une végétation luxuriante à certains endroits ainsi que des traces anciennes de végétation coupée.
La voie suit toujours la route mais elle est très encaissée, presque invisible derrière la végétation. Elle passe sous un ultime petit pont sur lequel passait une route aujourd'hui fermée à la circulation... Eh oui, il n'y a pas que les voies ferrées à être parfois abandonnées... La végétation devient de plus en plus abondante, recouvrante, à tel point qu'il devient difficile de suivre la voie à certains endroits. On a l'impression que la fin est proche...
La fin est brutale... La voie s'arrête en pleine végétation de manière totalement invisible de la route ou des chemins. Celui qui est un peu curieux se demande où est passée la voie... Mais heureusement, elle a laissé des traces de son passage d'autrefois...
Les raccords de bitume montrent que la voie traversait ici et de l'autre côté, on devine qu'elle s'enfonçait là dans l'usine d'extraction de kaolins... Mais alors, allez-vous me dire, s'il n'y a plus de voie ferrée, comment le kaolin est-il maintenant transporté...? La photo ci-dessous vous offrira la réponse et marquera le terme de ce voyage photographique sans compter les compléments...
Sur la première carte IGN, on voit bien la séparation des deux voies vers les deux usines, et la photo étant un peu ancienne, la première voie n'est pas encore coupée aussi rapidement qu'aujourd'hui. Sur la seconde photo, on voit la fin de la seconde branche de la voie, la végétation montrant son parcours mais le dernier passage à niveau n'existe déjà plus.
(c) IGN
(c) IGN
La voie ferrée continue sa lancée pour traverser la route... A droite, un peu plus loin, des panneaux de signalisation trahissent la présence passée de la ligne...
Entre le pont de la route "Quéven-Ploëmeur" et le lieudit "Le Resto", c'est une des parties de voies les plus dégradées. La végétation recouvre la ligne ferroviaire à un point tel que les rails deviennent invisibles, même lorsqu'on se promène à pied... A pieds justement, lorsqu'on prend le petit chemin de "Bod Er Zant" qui passe à gauche d'une maison assez récente, on traverse maintenant la voie sans s'en rendre compte : il nous a fallu gratter la terre pour faire apparaître le métal comme le montre la photo ci-dessus... Et à quelques mètres plus loin, un arbre a réussi à pousser en plein milieu... Mais il n'y a cependant aucun élément retiré à ce niveau, on dirait plutôt que l'on joue à cache-cache...
 

ARMOR COMMUNICATION
FRANCE MEDIA
lFax : 08.97.10.20.76
Contact par mail :en page d'accueil rubrique "contact"
 
Association gestionnaire et propriétaire des sites.
Siège social
à LORIENT (Morbihan)